Livres

Un après-guerre sans la paix

Après avoir souffert de la faim et abandonné un enfant sous X pendant l’Occupation, puis échappé au sort des femmes tondues à la Libération, une jeune Française tente de survivre. Dans sa chambre de bonne au sixième étage, sous les toits, elle n’a pas l’occasion de goûter aux plaisirs procurés par la période de grâce des trente glorieuses ni aux « jours heureux ». Seul un amour malheureusement illégitime viendra illuminer ces moments difficiles.

Berceaux de guerre

La ressemblance n’est pas fortuite entre le contenu de ce roman et la réalité des années sombres de la Seconde Guerre mondiale à Paris. Avec Berceaux de guerre, l’auteur jette un éclairage sur l’activité d’une fondation consacrée à l’enfance et sur une période sombre, marquée par les théories et pratiques eugénistes ou racistes du régime de Vichy.
 

Les péchés des autres

Prix spécial du Comité de lecture de l'ACAI 2015

En 1910, dans un village du territoire de Belfort, Yvette, une petite paysanne, entame sa vie sous des auspices assez favorables. Son père, ouvrier-mouleur, a réuni assez d’argent pour acheter un moulin et s’établir comme meunier. Par sa mère, elle fait partie d’une des familles qui comptent dans la commune. Leurs traditions, mêlées de luthérianisme et de socialisme, font baigner l’enfant, ainsi que ses deux sœurs et son frère, dans une culture inattendue en ces lieux.

Une vie avec les mains qui tremblent

Greg tremble. Pas seulement de peur, de colère ou de froid, comme nous le faisons tous. Son tremblement, reconnu comme pathologique, est "essentiel" - c'est le mot que la médecine emploie lorsqu'elle ignore la cause d'un phénomène. A travers ce témoignage, l'auteur nous fait partager une vision du monde plus douce, plus sensible, plus drôle - et c'est bien là l'essentiel.